Qu'est-ce qu'on attend pour reconnaître la contribution sociale

des personnes proches aidants? 

présentée dans le cadre de la Semaine nationale des proches aidants,

le 9 novembre 2018, à Trois-Rivières
Sophie Éthier
était l'invitée de la Table de concertation des aînés et des retraités de la Mauricie

 

 

 

                                                         Rendue possible grâce au soutien financier de   

 

Prendre soin d’un proche n’est pas un phénomène nouveau. Or, le rôle de proche aidant-e est devenu essentiel au maintien d’un système de santé et de sécurité sociale pour les personnes les plus vulnérables de la société, qui sont de plus en plus nombreuses. En même temps, ce rôle est trop souvent méconnu et surtout non reconnu. Ceci mérite une réflexion. On ne connaît pas vraiment qui sont les personnes proches aidantes, ce qu’elles font et dans quelles conditions. On ne se reconnaît pas comme proche aidant-e lorsqu’on assume pourtant ce rôle au quotidien. La société québécoise ne s’est pas encore dotée d’un mécanisme formel et structurant de reconnaissance et de soutien aux 25% de sa population qui endossent le rôle de proche aidant-e. Il faut que cela change!  Cette présentation visera (1) à mieux comprendre le rôle de proche aidant-e; (2) à encourager ceux et celles qui l’assument à se reconnaitre pour ne plus le faire seul-e-s; (3) à proposer une stratégie nationale de soutien aux proches aidants.

Sophie Éthier, docteure en gérontologie, est professeure agrégée à l’École de travail social et de criminologie de l’Université Laval. Elle est aussi chercheuse dans le domaine de la proche aidance et de la maltraitance depuis de nombreuses années au Centre d’excellence sur le vieillissement de Québec (CEVQ) et au Centre de recherche sur les soins et services de première ligne de l’Université Laval (CERSSPL-UL). Elle travaille sur une recherche (financée par le ministère de la Famille, 2018-2021) pour développer des connaissances et des stratégies de sensibilisation et de prévention au phénomène de la maltraitance envers les proches aidants.